Au Conseil municipal du 27 juin, compte administratif

Merci Monsieur Decoux pour cet exposé technique mais c’est le sujet qui le veut et il nous permet de retracer l’exercice budgétaire de l’année 2018. Je tiens à remercier l’ensemble des services financiers de la ville. La comptabilité publique a des règles très différentes de la comptabilité commerciale ce qui rend l’exposé encore plus difficile à comprendre pour la plupart des sévriens.

Ce compte administratif reprend un excédent de 12.5 montant jamais atteint mais ce chiffre qui n’est qu’un solde est lié à la recette exceptionnelle sur la section d’investissement avec le produit de la vente de la SEMI, le résultat de clôture de l’exercice est de 40.9 M€. Le reste à réaliser de la section d’Investissement étant de près de 29 M€, le solde n’est plus entre guillemet que de 12.5 M€. Cette rentrée exceptionnelle il faudra en suivre l’utilisation dans les années prochaines et la comptabilité publique ne nous y aide pas.

 

 

Cette situation permet notamment à la ville de s’assurer sans difficulté la couverture de ses investissements sans recours à l’emprunt. Les taux historiquement faibles et la baisse de l’encours de la dette permettent mécaniquement une  baisse des charges financières sans effort pour la ville. Il faudra toutefois se poser la question si les travaux ambitieux sur le centre-ville doivent être financés sans recours en partie à l’emprunt, c’est un investissement en effet à très long terme et le recours à l’emprunt pourrait se justifier

 

Pour ma part, j’ai fait un tableau de comparaison par poste entre les 2 années

Sur les dépenses d’investissement, on annonce au budget des sommes importantes et en fait on s’aperçoit qu’entre 2017 et 2018 les dépenses d’équipement n’augmentent que de 417 K€, le budget acquisition est stable, un peu plus pour les subventions d’équipements et les dépenses de frais d’études anormalement élevées en 2018 diminuent. Le poste travaux est exécuté qu’à hauteur de 39%, on connait tous les aléas que l’on peut rencontrer dans l’exécution des travaux mais le chiffre est plus faible que celui de l’année précédente et alors que le recours aux aménageurs est croissant. On constate beaucoup de travaux de réhabilitation certes nécessaires mais peu de travaux de rénovation énergétique même si je pense que lors des travaux sont inclues des dépenses de rénovation thermique, peut-être pas pour l’église toutefois, une partie du patrimoine de la ville est ancien, certaines écoles ou bâtiments communaux nécessitent une meilleure isolation aux températures ou isolations phoniques. Les recettes qui viennent de la vente de la SEMI, un bien de la ville et donc des sévriens doivent servir à des investissements dans les travaux de rénovation thermique qui génèreront des économies pour les comptes des années futures et dont profiterons tous les sévriens, nous ne savons pas à quel prix nous devrons payer l’énergie dans 5 ans ! ce n’est pas qu’en supprimant le plastique dans les administrations que nous progresserons vers la transition énergétique

 

Tout au long de l’année, des hausses des tarifs ont été votés sur les services rendus à la population. La réflexion globale sur les tarifs n’a pas eu lieu durant votre mandat, on se contente d’augmenter mécaniquement les tarifs.

 

Les dépenses de personnel progressent du fait d’augmentation automatique des rémunérations mais en fait corrigés de ces augmentations on verrait que ces dépenses diminuent, si au début de votre mandat vous avez pu réduire les dépenses de personnel en supprimant des postes comme celui de chef de cabinet maintenant c’est sur le personnel en contact avec le public que les postes diminuent, nous l’avons vu avec la réforme que vous avez entreprise sur les atsem.

 

Sèvres est une ville riche, vous en profitez même pour baisser les impôts, nous avons noté notre désaccord d’approche politique lors des précédents débats.  Le niveau de résultat n’a pas de sens comme je l’ai dit en préambule, soit la ville choisit d’augmenter les services aux usagers, soit elle joue sur les impôts, soit elle joue sur les tarifs. Ceci reflète des choix politiques, ces choix seront à expliquer et à présenter aux sévriens l’année prochaine lors des élections municipales. Voter pour cette délibération veut dire chers collègues une adhésion à la politique menée. N’y adhérant pas je ne voterai pas cette délibération.  

            

L’adjoint aux finances tient à préciser que le résultat ne s’est pas fait en une seule fois, qu’il est très difficile d’embaucher du personnel pour les services techniques. Il y a eu beaucoup à défaut d’investissement. Il reconnait que cela pourrait être une bonne stratégie financière de recourir à l’emprunt pour le centre–ville, qu’il est sage d’améliorer nos investissements dans l’isolation et que la prise en compte du quotient familial est un point d’attention (encore bien timide…)

 

Pour lire le texte de Catherine Candelier, cliquez ici

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn

Rechercher dans le site