Les élections départementales et régionales : un test pour l’union de la gauche avant 2022

Les élections départementales et régionales des 20 et 27 juin prochain vont constituer un véritable banc d’essai pour l’union de la gauche avant les échéances de 2022. Pour le moment les forces de gauche se présentent sauf exception en ordre plutôt dispersé.
Aux régionales, l’union n’a pu être faite que dans une seule région, les Hauts-de-France où l’écologiste Karima Delli conduit une liste unitaire. Dans d’autres régions, des unions seulement partielles ont pu être constituées. En Ile-de-France, Audrey Pulvar conduira une liste de rassemblement du PS, du PRG et de citoyens non « encartés » comme elle, mais Clémentine Autain pour LFI et Julien Bayou pour EELV ont choisi de partir séparément au 1er tour. Tout cela n’engage pas à l’optimisme.
Pour les départementales dans les Hauts-de Seine, c’est un peu mieux. Dans le canton de Meudon-Chaville, Monique Couteaux pour Ensemble, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire et Moumène Hadji pour EELV font campagne ensemble pour un « 92 ENFIN solidaire et écologiste » ! Dans le canton de Boulogne Billancourt 2 qui regroupe depuis 2015 Sèvres et la partie sud de Boulogne-Billancourt, Anne Beaufils et Nicolas Gaborit représenteront l’ensemble de la gauche à l’exception d’EELV pour « Agir en Commun ».

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn

Rechercher dans le site